Recherche

EDC de Asajj

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Asajj

Cacher

11. Burning hot

✖︎ La flamme attire le papillon, mais le papillon s'y brûle. Elle avait passé toute une nuit à rôtir auprès de sa flamme. Une nuit paisible et chaleureuse, dénué de tiques nerveux ou de paupières fragilisés par les cauchemars. Une nuit passée à se réchauffer contre ce corps vif et chaud qui apaisait de caresses tout le mal qu'il pouvait faire à ce petit papillon aux ailes déjà consumée. Ces brûlures se diffusaient à même sa peau, consumant celle-ci aussi rapidement qu'une flamme s'empare d'un morceau de papier. Sa disparition était tout aussi semblable à cela, les cendres virevoltaient à travers la chambre au milieu de quelques escarbilles. Les fenêtres s'embuaient de vapeur alors que le chaud s'emparait frénétiquement du froid. Les sillons cendreux s'arrêtaient à la limite de sa mécanique, elle ne cherchait pas à éteindre ces braises qui l'annihilait, peu à peu.
✖︎ Il regardait sa science se propager sur la fraîcheur d'une peau incolore, ne faisait rien pour l'arrêter lui non plus. Il devait voir que ça ne la perturbait pas, qu'au delà de ses baisers sulfureux, elle en demandait encore. Alors, il se collait un peu plus à elle, intensifiant les crépitements qui s'acharnaient, et puis souffla à son oreille avec ce timbre tendre qui avait pour habitude de la faire frémir.
Tu es brûlante...
✖︎ Elle savait. C'est pour lui qu'elle brûlait. Cet homme qu'elle ne connaissait qu'à moitié, mais dont tout l'attirait, et cela depuis le premier regard. Cette certitude qu'il représentait, et la curiosité qu'il instillait en elle depuis leurs drôles d'échanges. Elle ne pouvait que se laisser envoûter par de tels sentiments, elle qui apprenait l'amour comme pour la première fois, elle qui avait tant oublié. Qui ne connaissait plus et surtout qui en avait tant besoin. Mais tout cela apparaissait telle une sentence onirique. Rien d'Asajj ne relevait du réel, pas même son corps qui oscillait irrégulièrement entre le vrai et le faux. Même cette douleur qui grandissait tout au long d'elle ne pouvait faire la différence entre la réalité et le rêve. C'est de cette façon que le moment lui échappa, qu'elle ferma les yeux contre lui pour s'abandonner à d'autres doutes que personne ne pouvait lui confirmer et resta allongée dans la pénombre illuminée par ses douleurs ardentes qui doucement s'affaiblissaient.

◊ Commentaires